Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
gausson.histoire.overblog.com

Découvrez le livre qui relate l'histoire de la commune de Gausson (22).

1892 : une élection municipale très mouvementée

Publié le 16 Mars 2020 par Michèle Harzo

Après avoir été suspendu pour un mois en 1887, Ludovic Carro a donc démissionné. Il est réélu en 1888. Arrivent les élections de 1892 (élections tous les 4 ans à cette période)

1892 : une élection municipale très mouvementée

Seize candidats obtiennent la majorité absolue : Alexandre Dubos (366), Gilbert Marjot (362), Joseph Grosset (344), François Laurent (33), Tite Lucas (322), Ludovic Carro (232), Jean-Baptiste Collet (232), Jean Baptiste Rault (225), François Lamandé (221), Pierre Corlay (215), Guillaume Mercier (214), Pierre Moulin (204), Isidore Ruello (201), Pierre Lenormand (199), François Auffret (195) et Pierre Auffret (190)

A noter : seuls cinq conseillers sortants sont réélus,  trois ne le sont pas : Guillaume Rault ( 183), Pierre Dieulesaint (161) et Félix Jarnet (151)

Le bureau électoral (sans doute poussé par les personnes assistant au dépouillement) considère que des deux frères Auffret, seul François doit être élu, car il a obtenu cinq voix de plus que son frère Pierre. Il  déclare donc Guillaume Mercier, élu. (Ce fait est noté dans les « observations et réclamations » du procès-verbal de l’élection.)

1892 : une élection municipale très mouvementée

Cet avis est contesté par le conseil de Préfecture qui annote le bordereau d’un : « le bureau n’est pas juge des questions de parenté ».* Il valide l’élection, la liste des membres du Conseil municipal est inscrite sur le livre de la Préfecture (archives 22 : 3M215).

 

1892 : une élection municipale très mouvementée

Coup de colère au sein du conseil municipal.

Le 13 mai 1892, tous les conseillers municipaux (sauf Gilbert Marjot ) font parvenir leur démission au Sous- Préfet. Celui-ci envoie un télégramme au Préfet en précisant : « Prière de bien vouloir accepter d’urgence ».

1892 : une élection municipale très mouvementée

5 juin 1892 : de nouvelles élections sont donc organisées pour  remplacer les quinze conseillers démissionnaires. Surprise : bien que n’ayant pas démissionné, Gilbert Marjot figure sur la liste ! Ses voix ne seront pas comptabilisées.

Les mêmes sont élus sauf… Pierre Auffret ! car Guillaume Mercier, arrivant en 8ème position,  est donc élu.

Ludovic Carro est réélu maire le 19 juin 1892

1892 : une élection municipale très mouvementée

Mais des Gaussonnais déposent une plainte au sujet du déroulement de cette élection.

Le  27 juin 1892, un recours est étudié en Conseil de Préfecture :

  • Vu en date du 8 juin 1892, la protestation de Jollives, David, Raulic, Rault et Auffret contre les élections municipales qui ont eu lieu le 5 juin dans la commune de Gausson et exposant les faits suivants :
    1°) M. Carro aurait exercé une pression sur les électeurs pendant la période électorale et surtout le jour du vote.
    2°) M Marjot faisant fonction d’officier d’état civil s’est laissé imprimer sur la liste de l’ancien maire Carro, bien que n’ayant point démissionné.
    3°) Le sieur Carro aurait donné de l’argent dans différentes maisons et promis des vêtements à certains électeurs.
    4°) Enfin, le fils Carro, soldat en activité de service en garnison à St Brieuc est venu le jour de l’élection soutenir la candidature de s
    on père
  • Vu en date du 17 juin 1892, la contre-protestation des conseillers municipaux opposant à toutes les allégations de la protestation un élément formel.

Article 1 : les protestations des sieurs Jollives et consorts sont rejetées

Pourtant, le 28 juillet 1892, Ludovic Carro passe devant le tribunal correctionnel de Loudéac

Le 12 août 1892, la sanction tombe.

Le Préfet des Côtes du Nord….
Vu le jugement en date du 28 juillet dernier, par lequel le tribunal de police correctionnel de Loudéac a condamné M. Carro Louis Ludovic² à 8 jours de prison, à 500F d’amende et au maximum de la contrainte par corps, pour fraude électorale dont il s’est rendu coupable le 1er mai 1892 au cours des opérations de dépouillement du scrutin des élections municipales
arrête : M. Carro Louis Ludovic, maire de Gausson, est suspendu de ses fonctions.

François Laurent est élu le 11 septembre 1892.

*(précision : Dans les communes de plus de 500 habitants, le nombre des ascendants et descendants, frères et sœurs, qui peuvent être simultanément membres du même conseil municipal, est limité à deux)

² A noter : une erreur sur l’acte de révocation : Ludovic Carro ne se prénommait pas Louis Ludovic mais Pierre Ludovic….Il décédera le 14/2/1895 à l’âge de 56 ans.

Commenter cet article